Options Chronicle N°6

“There is no training, classroom or otherwise, that can prepare for trading the last third of a move, whether it’s the end of a bull market or the end of a bear market.” – Paul Tudor Jones –

Si l’année 2000 reste ancrée dans les mémoires comme celle de l’avènement de l’internet, avec la fin de la bulle du Nasdaq, LE sujet incontournable de la période actuelle est celui de l’Intelligence Artificielle (IA).

Le secteur de l’IA n’en est qu’aux tours de chauffe en termes de réalisations opérationnelles, mais on constate désormais une nette accélération du nombre d’applications déjà disponibles : Amazon Alexa, Google Cars, IBM Watson, robots autonomes de la DARPA, … grâce auxquelles l’IA est -enfin- sortie des laboratoires de la recherche fondamentale (dont les débuts ne remontent pas moins qu’aux années 70-80), pour conquérir progressivement le monde des humains.

De nos jours, l’IA a désormais son mot à dire dans la plupart des innovations dites disruptives : IoT (Internet of Things), Robotique autonome, véhicules sans chauffeur, BigData,… auxquelles elle peut apporter une dimension « intelligente » dans leur exploitation, source de véritable création de valeur. Cependant, l’exploitation -même intelligente- de ces innovations, est cantonnée au domaine de l’IA faible par les spécialistes du secteur. On retrouve notamment dans ce 1er niveau de l’IA, les systèmes experts, les moteurs de recherche, les jeux vidéos, les systèmes de traduction, les Chatbots,… qui sont déployés dans de nombreux domaines.

“I think the danger of AI is much greater than the danger of nuclear warheads by a lot.”
– Elon Musk –

Par contraste, la Pierre Philosophale de l’IA reste pour ses spécialistes celle relevant du domaine de l’IA forte, qui ne vise ni plus ni moins qu’à l’avènement d’une conscience artificielle, capable d’évoluer en permanence en écrivant elle-même ses lignes de code, pour aboutir au concept du quelqu’un dans la machine. Les récentes avancées en IA forte, notamment via le Deep learning ou Apprentissage Profond, ravivent la crainte toujours présente de la Supra-intelligence mettant au pas l’Humanité dans un style Terminator, comme en témoigne les interventions de personnalités comme Elon Musk, considérant l’IA « comme plus dangereuse que les armes nucléaires. »

Le secteur de l’IA reste néanmoins incontournable pour les investisseurs, et dans ce numéro de The Options Chronicle nous avons choisi de nous positionner via une stratégie options sur l’ETF Global X Robotics Artfcl Intllgnc (NASDAQ : BOTZ), un fonds de $2.5 milliards de capitalisation offrant une bonne liquidité et une bonne diversification géographique (USA 30%, Japon 50%, 20% autres) :

botz_graph

 

STRATÉGIE

L'accès complet est réservé

aux utilisateurs enregistrés

Connectez-vous pour accéder au contenu !

Catégories : The Chronicle

Laisser un commentaire